Appel au 1er Mai 2021

Ce samedi 1er Mai, la FSE appelle à rejoindre largement les manifestations et initiatives organisées pour la Journée internationale de lutte des travailleuses et travailleurs.

Depuis près d’un an, la crise sanitaire s’accompagne d’une casse sociale et de mesures de répressions inédites. Loi sur l’état d’urgence sanitaire, loi Sécurité globale, réforme de l’assurance chômage, LPR, loi sur les « séparatismes », etc. Nous refusons de voir nos droits et libertés bafouées sous prétexte de crise sanitaire.

Suivant la crise sanitaire, c’est une crise économique inédite qu’a fait naître la gestion des confinements, creusant le chômage de masse et la paupérisation massive de la classe ouvrière et de la jeunesse populaire. Concernant l’enseignement supérieur, les étudiant-e-s sont ainsi victimes d’un mode de sélection inédit, basé sur l’isolement et le décrochage, appuyé par la perte de nos emplois et ressources. Ainsi, beaucoup abandonnent l’enseignement. Fin 2020, c’est 22% des jeunes de 18 à 25 ans qui étaient au chômage. Nous ne pouvons nous y résoudre.

Marquée par un contexte social inédit, cette année 2021 commémore également les 150 ans de la Commune de Paris, soulèvement populaire se donnant pour la première fois de l’Histoire les moyens de diriger et de changer les choses. Saluant la mémoire des communards, nous devons être conscient-e-s de la nécessité de nous organiser et de renforcer le mouvement syndical ce 1er Mai, dans les luttes et la solidarité concrète. Une semaine après un appel au putsch publié par des généraux et hauts gradés de l’armée, soutenus par le FN, les attaques incessantes contre notre camp social doivent plus que jamais et partout trouver des resistances fortes.

Pour un 1er Mai combatif et solidaire, toutes et tous dans la rue ce samedi !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus d'articles

Destruction de l’enseignement supérieur : tu casses, tu répares !

Le 22 février, Bruno Lemaire a annoncé une coupe de 900 millions d’euros dans le budget du ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (ESR), dans le plan d’économie de 10 milliards d’euros sur les services publics. Avec les différentes réformes d’autonomisation des universités, ces dernières ont dû chercher des financements pour palier au désinvestissement de l’État, évidemment sans parvenir à l’équilibre financier. Cette nouvelle coupe, ainsi que le projet d’acte 2 d’autonomisation des universités, ne vont faire qu’empirer la situation financière de nos facs, déjà noyées par les dettes. Nous ne pouvons rester passif-ves au risque de voir l’état de délabrement de nos facs s’aggraver encore.

Lire plus »
Aller au contenu principal