Réaction : Création de 60 nouveaux postes d’assistantes sociales

Ce week-end, Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, a annoncé la création de 60 postes d’assistantes sociales dans les services de santé universitaire.

Soit un poste pour 45 000 étudiant•e•s. La France compte aujourd’hui plus de 2,73 millions d’étudiant•e•s. Nous comptons actuellement 1 psychologue pour 30 000 étudiant•e•s (contre par exemple 1/1600 aux USA, 1/3000 au Canada, 1/3800 en Ecosse, 1/4000 en Australie, etc.).

La situation sociale et de santé mentale des étudiant•e•s est aujourd’hui désastreuse. Il n’est même pas précisé ici si ces postes concernent des véritables créations d’emplois, ou s’ils répondent aux vacations annoncées par Jean Castex ce jeudi.

Alors que les fonds des aides d’urgences du CROUS ont été annoncés doublés fin novembre, ces créations de postes sont largement insuffisantes pour espérer en faire bénéficier les étudiant•e•s, qui méritent mieux que des effets d’annonce.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus d'articles

Destruction de l’enseignement supérieur : tu casses, tu répares !

Le 22 février, Bruno Lemaire a annoncé une coupe de 900 millions d’euros dans le budget du ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (ESR), dans le plan d’économie de 10 milliards d’euros sur les services publics. Avec les différentes réformes d’autonomisation des universités, ces dernières ont dû chercher des financements pour palier au désinvestissement de l’État, évidemment sans parvenir à l’équilibre financier. Cette nouvelle coupe, ainsi que le projet d’acte 2 d’autonomisation des universités, ne vont faire qu’empirer la situation financière de nos facs, déjà noyées par les dettes. Nous ne pouvons rester passif-ves au risque de voir l’état de délabrement de nos facs s’aggraver encore.

Lire plus »
Aller au contenu principal