La CN-SELA et la FSE deviennent organisations associées !

Un pas de plus pour l’unité des travailleurs en formation

Le samedi 20 mai 2023 s’est tenu la deuxième journée de la coordination syndicale nationale de la FSE durant laquelle la CN-SELA était invitée. Ce fut le moment de faire le point sur la situation syndicale étudiante en France suite aux différents mouvements sociaux que nous avons connus ces derniers mois, notamment celui contre la réforme des retraites.

Le contexte actuel nous montre que les travailleur-euse-s en formation et leurs organisations syndicales ont plus que jamais besoin de mettre en commun leurs forces pour lutter plus efficacement pour la protection de nos droits, contre le capitalisme mais aussi contre les lignes erronées du syndicalisme étudiant.

Ce week-end, nous avons acté l’association de nos deux syndicats. Cette association est fondée sur le dialogue et le consensus entre la FSE et le CN-SELA et a pour but le partage de savoir et de pratique syndicale, mais également la mise en place d’événements et de stratégies en commun. Nous construirons ce cadre de travail collectif au fil de nos actions et lutterons contre les pratiques syndicales du vieux monde. Cette collaboration a pour fondement des connivences idéologiques sincères et s’installera sur un travail commun au long cours, loin des alliances ponctuelles opportunistes qui permettent à certaines organisation etudiantes de subsister au fil des aléas électoraux. 

Ensemble, nous posons les premières pierres de la reconstitution du syndicalisme étudiant et plus généralement du syndicalisme des travailleurs en formation.

Vive la CN-SELA !

Vive la FSE !

Vive la lutte des travailleurs en formation !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus d'articles

Destruction de l’enseignement supérieur : tu casses, tu répares !

Le 22 février, Bruno Lemaire a annoncé une coupe de 900 millions d’euros dans le budget du ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (ESR), dans le plan d’économie de 10 milliards d’euros sur les services publics. Avec les différentes réformes d’autonomisation des universités, ces dernières ont dû chercher des financements pour palier au désinvestissement de l’État, évidemment sans parvenir à l’équilibre financier. Cette nouvelle coupe, ainsi que le projet d’acte 2 d’autonomisation des universités, ne vont faire qu’empirer la situation financière de nos facs, déjà noyées par les dettes. Nous ne pouvons rester passif-ves au risque de voir l’état de délabrement de nos facs s’aggraver encore.

Lire plus »
Aller au contenu principal